Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Un jeu de cartes

10/12/2006 | Un jeu de cartes

Installation UN JEU DE CARTES
Biennale d'art contemporain de Nouméa
Centre Tjibaou, Nouvelle Calédonie, 2002

Contenu: 25 cartes, une règle de jeu

Les couleurs:
Drogue, sexe, violence, affaires

Dans chaque couleur:
Le président, la star, le un, le zéro

Les cartes croyances:
L'Islam avec l'Imam,
Le Catholicisme avec le Pape,
Le Bouddhisme avec le Dalaï Lama,
La Scientologie avec Ron Hubbbard

Les cartes catastrophes:
L'accident nucléaire puissant,
La catastrophe climatique extrême,
L'attaque martienne massive,
le crash boursier total

La carte de l'artiste

La règle du jeu:
On peut jouer à deux avec les mêmes règles que "le pouilleux", jeu qui consiste à former des paires qu'on élimine progressivement pour qu'à la fin un des deux joueurs se retrouve avec une dernière carte en main: "Le ramoneur", carte qui est dans notre jeu "l'artiste". En punition on lui fait une tache de couleur sur le nez.
On peut jouer à prendre le plus de cartes possibles aux adversaires, tous les moyens sont permis, le gagnant est celui qui aura tout pris aux autres.
On peut se considérer comme un zéro, mais aussi se prendre pour le président.
On peut construire un système étatique avec une hiérarchie nouvelle en érigeant un château de cartes, puis tout détruire avec une des quatre catastrophes disponible, ou tout sauver grâce à la croyance de son choix.
On peut aussi ne garder que l'artiste, cette carte à part, la seule qui ne fait pas la paire, et se mettre à dépeindre cette société qui s'ébat, se drogue, se sublime et se détruit en face de lui.

06:40 Écrit par Miriam Schwamm dans Installations | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Art, installation, Centre culturel Tjibaou, Nouvelle Calédonie |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.