Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Une Venus pour l'aube 2006

15/12/2006 | Une Venus pour l'aube 2006

Une Venus pour l’aube 2006

Installation pour la salle d'honneur de la Province Sud,
dans le cadre d'un projet déposé en collaboration avec Alex Bardel.
La proposition portait sur une série de six transformations
tout au long de l'année 2006 sur cet objet
(une reproduction en plâtre de la Venus de Milo, fabriquée par les ateliers du Louvre).
Malgré l'accord du président de cette Province (!), la poursuite du projet
nous a été interdit au delà de cette première transformation
pour des raisons qui restent jusqu'à aujourd'hui obscures et inexpliquées.

Une Venus pour l'aube 2006, texte de présentation:

Ceci n’est pas un objet incongru, une reproduction en plâtre, achetée par « qui on sait », puis poussée contre un mur et coincée entre deux pots de fleurs.
Ceci est Venus, la planète de l’ange Amaël (Amour).
Venus, dont la symbolique a traversé les âges et les civilisations.
Venus est Aphrodite, déesse célébrée en Grèce, symbole de l’irrépressible force de la fécondité.
Venus Aphrodite, dont la symbolique a été dégradée par un christianisme masculin pour devenir la perversité.
Venus Planète, déesse du sacré féminin, dont le symbole originel est le V, le calice qu’on désigne aussi sous un autre nom : Le sacré Graal.
La symbolique de Venus est liée à celle du dragon par le Quetzalcóatl des Aztèques, à celle du lion qui fait partie de son cortège et à celle du cerf, symbole lui aussi de fécondité. Elle est liée à la perle qui a des propriétés aphrodisiaques, au nain (Joyeux est vénusien) et à la fleur (sans que cela soit uniquement un jeu de mots, car la fleur et Venus sont symboles de beauté et d’amour).
Le lien entre Venus et Saint Nicolas est celui de deux compagnons d’infortune, lui qui a ressuscité des enfants assassinés, elle qui les a créés, les deux aujourd’hui dégradés sous la forme de statuettes ridicules.

Ceci n’est pas la rénovation d’un objet en plâtre, ceci est la rédemption d’une déesse.
Nous l’avons baignée et apprêtée, puis nous lui avons fait boire ces sept élixirs symboliques afin qu’elle reprenne vie.
Mais dans quel monde renaît-elle ?
Un monde où le calice est devenu une bouteille en plastique !
Saint Nicolas s’est transformé en boisson gazeuse, le dragon en sauce piment et le lion en bière. La perle s’est dégradée en sauce d’huître et la fleur en eau de toilette. Le nain est devenu de l’eau minérale et le cerf de l’eau de vie.
Venus la déesse, sculptée dans du marbre il y a plus de 2200 ans, s’est transformée en « œuvre d’art contemporaine », dont la valeur est exceptionnellement marchande (stigmatisée avec un code-barres), mais le plus souvent nulle, car considérée comme inutile.
Nous avons créé un monde où la religion officielle est l’adoration du « père Coca-Cola » et sans broncher nous avons accepté son culte qui n’exige qu’une chose de nous : acheter !
Est-ce que nous sommes trop gavés pour penser qu’il faudrait mieux détruire la bouteille en plastique et repartir à la quête du calice oublié ?

Alex Bardel & Miriam Schwamm

05:03 Écrit par Miriam Schwamm dans Installations | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : art, istallation, venus de milo |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.