Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Hommage à Smith, Carlos & Norman

02/09/2008 | Hommage à Smith, Carlos & Norman

Technique mixte
(Jute, dentelle, soutien-gorges etc.)
2008

17.10.1968, Mexico : Les athlètes Tommie Smith et John Carlos pointent en l’air leurs poings gantés de noir à la remise de médailles aux jeux olympiques. Un symbole du mouvement Black Power. La cérémonie est retransmise mondialement par la télévision.

Extrait d’un article de Wikipedia.org :

Dans la matinée du 16 octobre 1968, l’athlète américain Smith gagne la course du 200 mètres homme avec un temps record de 19.83 secondes. L’australien Norman prend la seconde place avec 20.06 secondes, la troisième place revient à l’américain Carlos avec 20.10 secondes. Après la course, les trois se dirigent vers le podium pour récupérer leurs médailles. Les deux américains montent sur le podium en portant des chaussettes noirs seulement, pour signifier la pauvreté des noirs. Smith a un foulard noir autour du cou pour symboliser la fierté des noirs. Carlos tient un chapelet de perles qu’il décrit « symboliser tous ceux qui ont été lynchés ou assassinés sans que personne ne dise une prière pour eux, ainsi que ceux qui ont été pendus et lapidés. Les perles représentent ceux qui ont été jetés par dessus bord lors des convois vers le Etats-Unis ». Tous les trois athlètes portent des badges du « projet olympique pour les droits de l’homme » (OPHR), car l’australien Norman avait exprimé sa sympathie pour les idéaux des deux américains. C’est le sociologue Harry Edwards, le fondateur du OPHR, qui avait demandé aux deux coureurs américains de boycotter les jeux olympiques, comme il a été relaté, et l’action de Smith et Carlos a été inspirée par ses arguments. Carlos avait oublié sa paire de gants noirs, et c’est Norman qui leur a suggéré de partager la paire de Smith. C’est pour cette raison que Smith porte un gant droit, tandis que Carlos porte le gauche. Quand l’hymne nationale américain joue, Smith et Carlos font le salut avec leurs poings levés, une image qui a fait le tour du monde en grand titre des journaux du monde entier. Quand ils quittent le podium, ils se font huer par la foule. Smith a déclaré plus tard « Quand je gagne, je suis américain, pas un noir-américain. Quand je commet une mauvaise action, ils disent que je suis un nègre. Nous sommes noirs et nous sommes fiers de l’être. L’Amérique noire va comprendre ce que nous avons fait ce soir. »
Smith et Carlos ont été frappés d’ostracisme par les institutions sportives américaines pendant les années qui ont suivis et ont été largement critiqué pour leur action. De retour chez eux, ils recevaient des insultes et leurs familles des menaces de mort.
Malgré cela, Smith a poursuivi sa carrière d’athlète. En 1999 il a reçu le prix millenium du meilleur sportif. Il est maintenant orateur publique. La carrière de Carlos a suivie une direction similaire. Au début il a continué dans l’athlétisme, en gagnant le record mondial du 100 mètres l’année suivante. En 1985 il est devenu entraineur dans une école à Palm Springs, un poste qu’il tient toujours. Alors que leur action les a longtemps exposés à l’ostracisme, ils sont vus aujourd’hui en tant qu’héros, et leur action comme un évènement important du mouvement des droits de l’homme.
Norman, qui a été solidaire avec l’action de ses concurrents, a été réprimandé par le comité olympique australien et frappé d’ostracisme par les médias. Il a été évincé de la sélection pour les jeux olympiques de 1972, malgré son arrivé en troisième position lors des éliminatoires. Il a continué à courir, mais a été atteint de gangrène en 1985 après un étirement du talon d’Achille, qui a failli lui coûter sa jambe. Par la suite il a sombré dans l’alcoolisme et la dépression. Il est mort le 3 octobre 2006. Ce sont Smith et Carlos qui ont porté son cercueil lors de ses funérailles.

13:55 Écrit par Miriam Schwamm dans Peintures | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : exposition, galerie 11 et demi, années 68, Nouméa |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.