Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Casse-tête d'artiste

25/02/2011 | Casse-tête d'artiste

 

Casse-tête d’artiste

Février 2011

Sculpture sur bois pétrole 

Ko Névâ 2011: L'art, un sport de combat

Centre culturel Tjibaou

Vernissage le 1er mars à partir de 18h

Exposition du du 2 mars au 28 août

 

« Au sens étymologique, le mot sport (d'origine anglaise) vient de l'ancien français "desport" et voulait dire "s'amuser". Ce qui s’est pérennisé à travers les civilisations, ce sont des jeux de luttes et de batailles dans lesquels la violence physique, plus ou moins atténuée, peut se donner libre cours. » (…)

Là ou il y a sport, il y a compétition (donc vainqueur et perdant) et « institutionnalisation qui accorde une légitimité décisive aux règles et aux compétitions. Par institution, il faut entendre ici des appareils dont l'existence sociale est dûment approuvée et reconnue par les pouvoirs étatiques. »*

 

L’art n’est pas opposable au sport, car l’art n’est pas un jeu de bataille soumis à des règles approuvées par les systèmes étatiques :

L’art peut être un combat, mais ne se contente pas de jouer la compète pour savoir celui qui est le plus fort. L’art ne se soumet pas aux règles ni aux sanctions qui en résultent, mais les met en question, et même s’il n’y a pas mort d’homme à sa création, celle-ci est toujours un combat à la vie ou à la mort symbolique, car l’œuvre existante est un juge aussi impartial que sévère de la volonté de création de l’artiste. L’œuvre d’art, qu’il soit musique, poésie, sculpture ou image est, au-delà de sa vocation de beauté, capable de mettre en question les valeurs institutionnalisés, il est par nature subversif et même, comme disait Anselm Kiefer en janvier 2011 : « L’art doit être dangereux ! »**

 

Donc l’art ne joue tout simplement pas sur le même terrain, ni ne combat sur le même champ que le sport, mais lui est fondamentalement supérieur d’un point de vue moral. La preuve en est justement le peu de soutien que les dirigeants lui accordent en comparaison : Le sport est un bien meilleur outil de régence car il se soumet à des règles qu’il ne met pas en question, par ailleurs il amuse et « occupe » le peuple en émulation dans cette soumission collective.

 

Alors pendant que les uns font de la pub pour des amusements en se parant de maillots griffés d’un slogan aussi vide de sens que « Pacifique attitude », moi, je cisèle un casse-tête dans un bois bien dur (il vient de Maré et a été ébauché par un vieux de là-bas et offert pour accompagner un projet de création théâtrale)...

Il pourrait m’être utile un jour, on ne sait jamais !

 

Miriam Schwamm

Nouméa, février 2011

* J-P. Goussard. Qu'est-ce que le sport ?

** Émission « Hors champ » avec Laure Adler, France Culture

 

08:36 Écrit par Miriam Schwamm dans Sculptures | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : ko neva, centre culturel tjibaou, art, artiste, sculpture, nouvelle-calédonie, sport |  Facebook | |

Commentaires

trop bon ma soeur !!! j'adore le texte !!!
je suius ton plus grand fan !!!!
hahahahaha!!!

Écrit par : Thierry Mangin | 25/02/2011

C'est marrant, je travaille également le même sujet. Veux tu qu'on les présente ensemble?
j'ai fait une série d'armes "loufoques". Haches ,casse tête et lances.

Écrit par : fabrice Ballay | 25/02/2011

Les commentaires sont fermés.